1. Ce site utilise des cookies. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus.
  2. Suite à la migration du forum, si vous étiez membre alors il vous faudra faire une demande de nouveau mot de passe en cliquant ce LIEN.
    Rejeter la notice

L'Allemagne commence son suicide économique L'énergie verte allemande semble mener à

Discussion dans 'Coups de gueule' créé par dsts, 17 Juillet 2014.

  1. Bonjour,

    D'éminents économistes (dont Steen Jakobsen, banque Saxo) et analystes financiers (dont Ambrose Evans-Pritcharp du Daily Telegraph) pensent que l'Allemagne commence son suicide économique par sa mauvaise politique de l'énergie substituant partiellement l'énergie nucléaire allemand par le gaz de Russie (dépendant de Poutine). L'énergie verte allemande semble mener à un risque pour la croissance allemande.
    Rédigé sous la canicule par dsts inspiré par l'article de Audrey Duperron (15 juil. 2014 express)

    Conjuguée à la politique de réduction des importations d'un de ses principaux clients (la Chine) à laquelle va s'ajouter la dévaluation future du yuan chinois, la dépendance énergétique de l'Allemagne est une des principales raisons du ralentissement économique de l'Allemagne.

    1407170522176673.png

    L'Allemagne importe 70% de son énergie et plus de 25% est du gaz dont 39 % de celui-ci vient de Russie, un élément qui a affaibli de façon critique la position de Merkel dans les affaires internationales. (La France importe officiellement 47,3 % de son énergie, mais considère officiellement produire localement 52,7 % inclus 21,9 % d'énergie nucléaire ; il n'y a aucune source exploitable d'uranium en France, la source d'énergie nucléaire française dépend entièrement de l'étranger principalement du Niger - pourquoi coyez-vous que des soldats français risquent ou perdent leur vie en Françafrique - , du Kazakhstan et du Canada, la France importe donc réellement 69,2 % de son énergie).
    Non seulement l'Allemagne, mais également le reste de l'Europe paient le prix de leurs déficiences sur le plan énergétique (chaque mois l'Union européenne verse 3,5 milliards d'euros à Gazprom).

    [​IMG]

    Ambrose Evans-Pritcharp écrit que « La Chancelière Angela Merkel a lié un boulet aux chevilles de son pays lorsqu’elle a subitement – et de façon désinvolte – abandonné sa politique nucléaire après le désastre de Fukushima en 2011 ». Tactique politique, aucunement basée sur des considérations scientifiques. La chancelière, qui est à l’origine une spécialiste de l’atome, sait pertinemment que les centrales nucléaires allemandes ne risquent pas d’être inondées comme l’a été celle de Fukushima au moment du tsunami. Mais elle a répondu à l’angoisse de son peuple, ordonné la fermeture immédiate de 8 réacteurs nucléaires, et programmé celle des autres réacteurs du pays pour 2022. Un cinquième de la production électrique allemande va ainsi disparaître.
    La Fédération de l’Industrie Chimique allemande demande un gel des prix de l’énergie, pour éviter à ses membres de se faire distancer par leurs concurrents internationaux. Le tarif de l’électricité est le double de celui que les firmes américaines payent, tandis que les prix du gaz naturel sont 4 fois supérieurs, ce qui a déjà provoqué des délocalisations outre-Atlantique.
    Cette flambée des prix de l’électricité en Allemagne provient du subventionnement des énergies vertes, décidé par la coalition du SPD et des Verts il y a une vingtaine d’années. Cette mesure devait être financée par une taxe prélevée sur les factures d’électricité. « Ça ne coûtera pas plus cher aux consommateurs qu’une boule de crème glacée », avait dit alors Jurgen Trittin, qui dirigeait le parti des Verts. Cette taxe n’a fait que monter (rien que cette année + 47%). Merkel avait misé sur une augmentation du prix de l’électricité dans le monde, qui aurait supprimé le besoin de collecter la taxe. Mais Merkel n’avait pas vu venir la révolution du gaz de schiste aux Etats-Unis…
    Cette taxe impacte lourdement les ménages. Les propriétaires peuvent s’offrir les installations solaires et bénéficier des revenus qu’elles génèrent, payés par les gens qui ne peuvent que louer leur logement : en clair, les pauvres subventionnent les riches.
    Fatih Birol (économiste en chef de l'Agence internationale de l'énergie) déclare : « L'Europe est en grave danger de coupures de courant et peut perdre le contrôle de la sécurité de l'énergie sans une révision radicale de ses politiques énergétiques ! Ce n'est pas une plaisanterie ! »


    Bonne journée et bonne route!
     
    Tags:
  2. Publicité Annonceurs

  3. Re : L'Allemagne commence son suicide économique; Aujourd'hui Hollande ...

    Bonjour,

    aujourd'hui...

    [​IMG]

    Bonne journée et bonne route!
     

Partager cette page

Chargement...