Autres coûts cachés du moteur diesel; pas seulement sur la santé de l'homme, mais aus

dsts

Vénérable
messages
1 863
Bonjour,

voici une traduction libre (par dsts 13101103353115151511630141.gif moi-même) d'un petit texte de l'Université de Southampton datant de 2011 (date à laquelle il aurait été politiquement mal reçu, le R-U ayant encore à cette époque un surplus de diesel/mazout à écouler), mais qui vient seulement d'être publié (https://www.southampton.ac.uk/mediacentre/news/2011/oct/11_97.shtml):

abeille_pollen_panneau.jpg

Publication de University of Southampton.
Nouvelle recherche: les déclins mondiaux des abeilles sont-ils causés par la pollution diesel?
Ref: 11/97
07 Octobre 2011
Les scientifiques enquêtent sur un lien possible entre de minuscules particules de pollution observées dans les vapeurs de diesel et l'effondrement mondial des colonies d'abeilles.

Le professeur Guy Poppy, un écologiste, le docteur Tracey Newman, un neuroscientifique, et son équipe de l'Université de Southampton, pensent que les particules minuscules, ou « nanoparticules », émises par les moteurs diesel pourraient avoir une incidence sur la cervelle des abeilles et endommager leur intrinsèque 'système de navigation'. Ils pensent que cela peut empêcher les abeilles ouvrières à trouver leur chemin de retour à la ruche.

L'équipe étudie également la possibilité que les nanoparticules soient un des facteurs de stress pouvant mener à un point tel de dégradation dans la santé des abeilles qu'il pourrait contribuer à la disparition des colonies d'abeilles.

" Le trafic routier diesel est en augmentation au Royaume-Uni et la recherche des États-Unis a montré que les nanoparticules trouvées dans ses vapeurs peuvent être préjudiciables pour le cerveau des animaux quand ils sont exposés à de fortes doses. Nous voulons savoir si les abeilles sont affectées de la même façon - et répondre à la question de savoir pourquoi les abeilles ne trouvent pas leur chemin de retour à la ruche quand ils partent pour trouver de la nourriture, explique le professeur Poppy.

La contribution des abeilles à l'économie mondiale est estimée à des billions - 430 millions £ par an pour le seul Royaume-Uni - par la pollinisation des cultures, la production de miel et le soutien de l'emploi. Les pertes hivernales ont encore entraîné la perte de dizaines de milliers de ruches d'année en année depuis 2007. Les États-Unis ont connu une baisse inexpliquée du nombre de ruches de 35 pour cent en 2007, 2008 et 2009 *. Des recherches approfondies, y compris un récent rapport des Nations Unies, n'a jusqu'à présent pas clairement identifié la cause de diminution des abeilles.

L'équipe de l'Université de Southampton, biologistes, chercheurs en nanotechnologie et les écologistes testeront les changements comportementaux et neurologiques chez les abeilles, après l'exposition aux nanoparticules diesel.

Le docteur Robbie Girling (chimiste en écologie), ajoute: "Les fumées de diesel peuvent avoir un double effet en ce sens qu'ils peuvent masquer modifier les odeurs de fleurs dans l'air, ce qui rend plus difficile pour les abeilles de trouver leurs sources de nourriture".

La nouvelle recherche récente qui a révélé davantage sur les effets des nanoparticules a permis aux scientifiques d'étudier ce lien possible de l'effondrement des colonies d'abeilles .

L'étude de trois ans a été rendue possible par le projet "Leverhulme Trust Research Project Grant" de 156.000 £.


* http://www.ars.usda.gov/is/br/ccd/ccdprogressreport2010.pdf

Bonne journée et bonne route!

13080910375715151511452221.png
 

dsts

Vénérable
messages
1 863
Posté 19 March 2017 - 18:10 PM

Bonjour,

dans certains quartiers de Londres, les propriétaires de voitures diesel doivent maintenant payer trois fois plus pour le stationnement de leur véhicule que les propriétaires de voitures à essence ou électriques. De cette façon, le Conseil municipal de Merton - qui intègre Wimbledon - entend lutter contre la pollution. Les quartiers chics de Chelsea et Kensington appliquent déjà cette mesure. (The Times).

Bonne journée et bonne route!

Bonjour,

mais aussi pour le portefeuille, mauvais temps à Londres pour les diesel:
source: https://fr.express.live/2017/04/11/circuler-londres-voiture-diesel-coutera-bientot-28-euros-jour/

Circuler dans Londres avec une voiture diesel coûtera bientôt 28 euros par jour

Arnaud Lefebvre 11 avril 2017

Extraits:
A partir d’avril 2019, pour une voiture diesel de moins de deux ans, un automobiliste devra payer 24 livres pour pouvoir rouler un jour dans le centre de Londres.
Sadiq Khan, maire de la capitale britannique, a annoncé que de gros efforts devront être fournis pour améliorer la qualité de l’air de Londres afin de protéger la population d’une crise sanitaire.
Désormais, les voitures diesel à Londres devront payer une taxe environnementale de 12,5 livres par jour. Cette taxe est d’application 24 heures sur 24 et devra être payée 7 jours par semaine. En outre, elle s’ajoutera à la taxe de congestion de 11,5 livres par jour qui s’applique depuis longtemps à Londres du lundi au vendredi.


Bonne journé et bonne route!
 

dsts

Vénérable
messages
1 863
Bonjour,

"Pollution de l’air : Des nanoparticules encore plus dangereuses que les PM2,5 !"
source: https://www.moniteurautomobile.be/actu-auto/environnement/pollution-air-nanoparticules-dangereuses-pm1-pm25-2018-etude-cancer.html
Rédigé par David Leclercq le 31-10-2018
On parle beaucoup de pollution ces derniers temps. En mars dernier, un médecin strasbourgeois alertait sur les émissions de particules de plus en plus fines.
Thomas Bourdrel, un cardiologue strasbourgeois, alertait en début des années sur les risques cardiovasculaires généré par la pollution de l’air et notamment la pollution automobile. Chaque année, ce sont en effet 400.000 personnes qui décèdent prématurément en Europe (dont un peu plus de 7000 rien qu’en Belgique) en raison des hauts taux de pollution de l’air et principalement à cause des concentrations d’oxydes d’azote (NOx), des particules fines et de l’ozone. Depuis peu, la législation s’est considérablement renforcée à ce sujet et si la Belgique parvient grosso modo à répondre aux critères européens, elle est encore loin des recommandations de l’OMS.

Des particules plus fines encore

Pour rappel, les particules sont classées en fonction de leur taille. On distingue les particules dites « grossières » appelées PM 10 (diamètre < 10 µm, ≥ 2,5 µm), les particules fines PM 2,5 (diamètre < 2,5 µm, > 0,1 µm) et – on en parle moins voire pas du tout – les particules ultrafines également appelées nanoparticules (PM 0,1, diamètre < 0,1 µm). Ce sont ces dernières particules qui inquiètent car elles ne sont probablement que peu traitées par les systèmes de dépollution actuels. En outre, leur toxicité respective diffèrent de leur composition et de leurs origines.
xozk.png

Comment les nanoparticules se forment ?

Selon Thomas Bourdrel, « les particules issues des sources de combustion carbonée comme le trafic routier ou le chauffage au bois ont un noyau formé d’atomes de carbone pur et sont coiffées à leur surface par de nombreuses molécules toxiques telles que des hydrocarbures aromatiques polycycliques, mais également des métaux dits de « transition » du fait de leur capacité à initier des réactions oxydatives. En plus de leur composition toxique, les particules émises par le trafic routier sont majoritairement des particules ultrafines, les plus toxiques pour le système cardiovasculaire. Dans les métropoles, le trafic routier – particulièrement le parc Diesel – représente 30 à 40 % des émissions de particules et plus de 60 % des émissions de NO2. En zone rurale et en hiver, le chauffage au bois est une source importante de particules fines. Au printemps, les pics de pollution sont très souvent liés aux épandages agricoles, responsables de la formation de particules faiblement carbonées (constituées essentiellement de nitrate d’ammonium et de sulfate d’ammonium) dont l’impact cardiovasculaire est moins important que les particules issues des processus de combustion ».

Particules non-comptabilisées
Toujours selon l’étude menée par Thomas Bourdrel, ces nanoparticules sont globalement absentes des polluants pris en compte aujourd’hui par les autorités. Plus petites, elles sont pourtant plus dangereuses et représentent plus de 90% des particules émises par les véhicules, chauffages etc. Or comme on l’a vu plus haut, elle sont plus nocives puisque ces hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) chargées de métaux lourds à leur surface sont semi-volatiles. Ce qui signifie que par temps froid notamment, ces HAP peuvent rapidement passer de l’état gazeux à l’état particulaire. Et c’est bien ça le danger car ces corps rentrent facilement dans le corps et réussissent à passer dans le sang pour atteindre les organes.
Où est l’Europe et la régulation ?
On pourrait se demander d’où est ce que tout cela sort ? Car jusqu’à aujourd’hui, on a peu entendu parler de ces minuscules HAP. L’Europe en a pourtant conscience de ce problème de santé publique. Car cet élément est repris sur la liste des polluants à surveiller. Problème : de par sa taille microscopique, cet agent est très difficile à mesurer et il a été jusqu’à présent sous-estimé dans les relevés de concentration car « les particules ultrafines ont une masse négligeable, donc les mesures en masse [microgrammes] ne sont pas représentatives », explique Thomas Bourdrel. « Il faudrait plutôt les dénombrer pour connaître précisément cette pollution ». Avec un compteur à particules donc.
La pollution du cœur
Les risques liés à cette pollution sont nombreux explique encore le médecin : infarctus et AVC en tête, mais aussi atteintes du foie, du cerveau, des poumons, de la vessie, ou sur le développement des fœtus de femmes enceintes via un passage des particules à travers le placenta. Bref, rien de très rassurant pour ceux qui tiennent un minimum à leur santé. On peut se demander d’où viennent subitement ces nanoparticules. Réponse sans doute évidente : des système d’injection de plus en plus perfectionnés aux pressions de plus en plus élevées et qui bien que plus efficaces pour la consommation génèrent de plus en plus d’infiniment petit, en particulier sur les moteurs Diesel. D’accord, sauf que ces pressions d’injection sont aussi à mettre à l’actif des moteurs à essence qui émettent aussi désormais des particules. D’où l’obligation depuis cette année de filtres. Et le plus fou, c’est que « le benzo[a]pyrène est interdit de manipulation en laboratoire en raison de son extrême dangerosité. Or, on nous laisse le respirer… » s’offusque Thomas Bourdrel. Décidément, depuis le Dieselgate, tout a changé. Ce qui est une bonne chose. Mais visiblement, nous sommes pas encore sortis de l’auberge…"

Les voitures essence peuvent également être équipées d'un FAP. Les avantages du FAP sur une essence (voir Mercedes qui en possèdent déjà) sont qu'il est directement actif (contrairement au FAP du diesel qui n'est pas actif sur les petits parcours),
qu'il est en constante régénération (donc les normes essence tiennent forcément compte de ce qui se passe lors de la régénération - ce qui n'est pas le cas du FAP diesel où les normes ne tiennent absolument pas compte de ce qui se passe lors de la régénération obligatoire des FAP diesel) et

qu'il dure toute la vie du véhicule et coûte de 3 à 10 fois moins cher suivant la cylindrée du moteur.

Les normes ne prennent pas compte des nanoparticules < 23 nano (à cause de leurs dimensions, elles sont invisibles pour l’œil humain, mais à cause de leurs dimensions elles sont capables de pénétrer dans nos cellules et même d'affecter l'ADN, tout cela causant des effets à long terme).
Les normes concernant les moteurs diesel ne tiennent pas compte de ce qui se passe lors des régénérations (obligatoires) des filtres à particules (la régénération brûle les particules qui étaient retenues dans le FAP. Il faut se rappeler la formule du carburant diesel parfait: C21H44.
Il faut également se rappeler que seul la combustion de molécules uniquement à base de C et/ou de H donne du CO2 et/ou de l'H2O. Le carburant diesel parfait n'existe pas car son raffinage et surtout sa purification seraient impayables. Le carburant diesel délivré par les pompes de stations service comporte donc une multitude de composants non-désirés variant suivant l'origine du brut. A cela s'ajoute tous les additifs mis dans les "super" carburants diesel afin d'améliorer le fonctionnement du moteur diesel et d'éviter qu'il mousse (additifs qui ne sont pas vraiment tous à base d'uniquement C et H.
Donc lors de la régénération du FAP, le pot d'échappement crache de l'H2O et du CO2 des suies provenant du carburant diesel C21H44, mais aussi le résultat de la combustion des autres composants.
Il faut également penser que lorsqu'on craque une particule de 100 µm en nanoparticules de 10 nm (invisibles), on a formé 10.000.000.000 de nanoparticules; 10 milliards!
De plus lorsque l'on remarque le nombre important de Français qui ont fait défaper leur véhicule diesel...
w1c8.png


Bonne journée et bonne route!

 

MacGUYvert

Membre Donateur
messages
7 526
Marque
Audi
Modèle
A100
Date
08/1993
Kilométrage
380000
Code Moteur
AAH
Puissance
174
Ne t'en fais pas DST

En France l 'on s'occupe activement de la disparition du Diesel : augmentation anormale du prix du gazole , et abandon des citerne de gazole dans les stations service pour 2024 !!
Interdiction des "foyers ouverts " pour les cheminées à chauffage bois et granulés !!!
 

Haut